Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, et son homologue français, Jean-Yves Le Drian, ont appelé, jeudi, les responsables libanais à mettre en œuvre leur engagement de former un gouvernement, condition sine qua non à un « soutien structurel et de long terme » de la communauté internationale.

Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, et le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, ont appelé ce jeudi le Liban à former d’urgence un gouvernement. Dans un communiqué commun, ils précisent que sans cela, il sera impossible pour le Liban d’avoir « un soutien structurel et de long terme » de la communauté internationale.

Six mois après l’explosion qui a ravagé le port de Beyrouth et détruit des quartiers entiers de la capitale le 4 août 2020, le Liban est toujours plongé dans la paralysie politique.

Le gouvernement a démissionné après l’explosion mais il gère encore les affaires courantes. Saad Hariri, désigné Premier ministre fin octobre, n’a toujours pas formé son équipe, dans un pays habitué aux marchandages politiques interminables.

Avec Joe Biden, Paris espère une coopération accrue sur le Liban

Le président français, Emmanuel Macron, qui s’est rendu à deux reprises depuis l’explosion, à Beyrouth, a tenté d’arracher la formation d’un gouvernement prêt à engager des réformes structurelles pour sortir le Liban de l’ornière politique et sociale. Il est resté sans succès jusqu’ici.

Depuis l’arrivée du démocrate Joe Biden à la Maison Blanche, Paris espère une coopération accrue avec Washington sur ce dossier.

La gigantesque explosion au port de Beyrouth, provoquée par une énorme quantité de nitrate d’ammonium stockée depuis plusieurs années « sans mesure de précaution » de l’aveu même des autorités, a fait plus de 200 morts et 6 500 blessés.

Powered by the Echo RSS Plugin by CodeRevolution.