Le journaliste Alex Gustave Azebaze pense que le parquet du Tribunal criminel spécial doit ouvrir des poursuites.

La réponse de la Conac adressée à Me Akere Muna ne satisfait pas le journaliste Alex Gustave Azebaze. De son point de vue l’affaire Glencore mérite l’ouverture des poursuites par le parquet du Tribunal criminel spécial (TCS).

«La réaction de la Conac à AkereMuna est insuffisante. À défaut d’une enquête parlementaire – inimaginable avec les blocages du groupe cpdm_rdpc-, le parquet du TCS doit ouvrir des poursuites. 1er témoin: le procureur américain», affirme le professionnel des médias.

Pour mieux comprendre la sortie du journaliste Gustave Alain Zebaze, rappelons que Me Akere Muna avait crié haut et fort au scandale dès l’apparition de l’affaire Glencore. Il avait requis l’ouverture d’une enquête pour voir clair dans ladite affaire. Et avec les aveux de culpabilité d’une filiale britannique du géant du négoce qui a officiellement plaidé coupable de sept chefs d’accusation de corruption dans le cadre des opérations pétrolières menées dans cinq pays africains parmi lesquels le Cameroun, Akere Muna a demandé à la Conac d’ouvrir une enquête.

«Bonnes nouvelles! Hier 6/7/22 j’ai reçu une lettre de la CONAC m’informant qu’ils ont ouvert une enquête sur l’affaire de corruption GLENCORE. Les Camerounais attendent la vérité. Ils devraient simplement demander à Glencore qui ils ont payé», a-t-il écrit sur son compte Twitter.

Rappelons par ailleurs que deux entreprises camerounaises à savoir la SNH et la SONARA ont été citées dans l’affaire Glencore. Dans un communiqué rendu public Adolphe Moudiki Directeur général de la Snh niait l’implication de son entreprise.

«La Société Nationale des Hydrocarbures (SNH) a été informée par voie de presse, de ce que la Société Glencore Internationale AG et ses filiales auraient reconnu, auprès des autorités américaines et britanniques, avoir corrompu des agents publics de plusieurs pays, parmi lesquels ceux de la Snh au Cameroun. A cet égard, il est porté à la connaissance de l’opinion publique nationale et internationale que la Snh n’est ni de loin, ni de près, associée à de telles pratiques, strictement interdites par son règlement intérieur», a-t-il écrit.

Powered by the Echo RSS Plugin by CodeRevolution.